Pédagogie active innovante

publié le 4 décembre 2018
« Tu me dis, j’oublie
Tu m’enseignes, je me souviens
Tu m’impliques, j’apprends ». Benjamin Franklin

Sortie du schéma académique qui consiste à enseigner « en présence » (en classe) puis à s’exercer « à distance » (à la maison), la Classe Inversée (cf. Marcel Lebrun) propose depuis plusieurs années une pédagogie où les modes d’apprentissage sont inversés : cours en autonomie à distance puis pratique et débats en présentiel.

  • L’enseignant accompagne l’apprentissage
  • L’apprenant se questionne davantage et assimile plus facilement les notions importantes

L’innovation ne pourrait-elle pas se poursuivre dans l’inversion des rôles,par le changement de posture ?
Voici la Classe Renversée (cf. Jean-Charles Calliez).

Pour la formation des étudiants Chargés de Projets en Aménagement des Territoires et les fonctionnaires stagiaires du Ministère de la transition écologique et solidaire, L’ENTE - site d’Aix-en-Provence a expérimenté la classe renversée sous 2 formats identifiés.

- « A vous la parole » : l’enseigné devient enseignant
Un binôme d’apprenant prépare une « formation flash » de 15 minutes, sur un sujet technique nouveau et imposé (exemples : la construction en paille, la précarité énergétique, les différentes mixités, toitures et façades végétalisées…), pour l’exposer ensuite à ses pairs, en respectant 3 points :
• présenter la problématique
• illustrer par un exemple
• conclure par un questionnement pour ouvrir à débat
S’ensuit un échange entre pairs encadré et enrichi par l’enseignant.

  • L’apprenant est acteur de son apprentissage, il partage le savoir et contribue à l’enseignement
  • L’enseignant conçoit son cours de manière à y intégrer les formations flash des apprenants, il l’élabore dans une démarche systémique.

- « Les savoirs en mouvements » : apprendre des autres

« Tout le monde sait quelque chose,
personne ne sait tout et chacun s’enrichit
des connaissances des autres » Claire Héber-Suffrin

Les apprenants sont en situation de construction d’une connaissance exprimant leurs savoirs de base sur un sujet choisi en conséquence par l’enseignant
- Des « paperboard » au nombre de 6 ont été installés dans la salle de cours ; sur chacun d’eux un intitulé différent, imposé par l’enseignant, suffisamment ouvert pour permettre à chacun de rédiger des questions pertinentes ; les apprenants sont répartis en 6 équipes.
- En temps limité, chaque équipe positionnée devant un paperboard formule toute sorte de questions sur le sujet affiché.
- Au signal donné par l’enseignant chaque équipe change de paperboard (permutation circulaire), découvre un nouveau sujet et rédige des questions en complément de celles déjà inscrites par l’équipe précédente.

L’objectif est de formuler des questions sur 3 thèmes et de répondre aux questions formulées par ses pairs sur les 3 autres thèmes.
Pour les 6 thèmes imposés, chacun aura ainsi contribué à co-construire et augmenter la connaissance, en formulant ses propres questions et en répondant à celles des autres.
Chaque équipe restitue au groupe les connaissances de base qui font consensus.

  • L’apprenant s’engage davantage dans l’apprentissage parce qu’il a partagé préalablement son savoir
  • L’enseignant consolide les savoirs, complète et va plus loin en développant des principes innovants et initiatives nouvelles.