Nos élèves s’engagent…

publié le 17 décembre 2018

Le 26 novembre dernier, Julie Ferio, l’une de nos élèves TSPDD est venue présenter l’association au sein de laquelle elle s’est engagée.
En quelques lignes, elle nous explique sa rencontre avec l’association Générations cobayes, et la raison pour laquelle elle s’est sentie à sa place dans ce mouvement.

" Ma rencontre avec Générations Cobayes

Ayant une implication bénévole depuis le lycée, c’est seulement depuis 4 ans que je m’implique régulièrement au sein d’associations.
Pour ce qui est de Générations Cobayes, sa découverte eut lieu en 2015 lors d’un séjour de 3 mois en Ile de France afin d’effectuer un stage professionnel. À l’époque, j’ai souhaité profiter de ma proximité avec la capitale pour bénéficier de toute sa dynamique culturelle et sociale. J’ai eu l’occasion de participer aux Rencontres Nationales Etudiantes du Développement Durable (RENEDD) qui m’ont entraîné, par la suite, à participer au Week-End du WARN (mouvement promouvant de nombreuses alternatives). C’est durant ces deux jours d’incubation avec des inconnus que j’ai pris connaissance de nombre d’associations engagées pour un avenir meilleur ; Générations Cobayes faisait partie du lot.
Ayant eu l’opportunité, par la suite, d’accéder à un CDI dans cette même région, j’ai commencé à suivre assidûment les actions de cette association. Par soucis de praticité, j’ai préféré dans un premier temps m’investir à distance en participant à la mise à jour du contenu scientifique du site. Cela me permit d’entrevoir tout en douceur le champ des possibles qui s’offrait à moi dans cette famille de bénévoles. J’emploie le terme « famille » car lorsqu’on commence à appréhender ces personnes on finit par s’y attacher et à nouer des liens. Ce constat est particulièrement flagrant dès l’instant où j’ai pu m’investir en présentiel en rejoignant officiellement l’antenne de Paris. Me voici alors entourée d’une bande d’une dizaine de têtes brûlées qui n’ont pas peur de crier éco-orgasme et de se dandiner tout en couleur sur une scène ou sur le terre plein d’un festival de musique pour parler de sujets graves et sensibiliser le public aux problématiques environnementales actuelles. Une ambiance chaleureuse, drôle et décomplexée, quoi qu’un peu déstabilisante au premier contact. C’est à partir de l’année 2016 que j’ai débuté mes premières animations de stands, de conférences et d’autres projets tel que la conception de saynètes dans le cadre d’une pièce de théâtre.
Je ne peux que plébisciter l’association Générations Cobayes car elle a la capacité de regrouper des jeunes qui ont envie d’interpeller sans moraliser le peuple en lui montrant, par l’humour et le positivisme, que même si la pollution environnementale impacte notre santé et notre environnement, il n’est pas nécessaire d’être fataliste et qu’il est toujours possible d’agir à son échelle, pour soi et pour les autres. "